Légende bannière

Fin de journée d'automne sur Château-Chalon.

translate

juste des images

Si vous ne voulez voir que les photos.

Vous ne voulez voir que les photos ? Rien de plus simple...Pour chaque article, cliquez sur n'importe quelle photo, cela vous permettra de les voir toutes en grand format.

mardi 22 avril 2014

Loulle (39300) . Le site à pistes de Dinosaures.


L'aménagement du site afin de le préserver,
 est déjà bien avancé.
         Ce lieu découvert en 2004 au niveau du plancher d'une ancienne carrière abandonnée depuis plus de trente ans par Jean-François Richard, archéologue et géologue amateur est l'un des plus importants sites français de traces de dinosaures. Ces traces d'environ 155 millions d'années (Oxfordien, étage du Jurassique supérieur) s'étendent sur 3800 m2 et l'on ne compte pas moins de 1500 empreintes, ceci sur quatre niveaux géologiques. Il s'agit d'animaux différents dont les passages se sont étalés sur plusieurs milliers d'années. Le plus grand nombre de marques correspondent à des Sauropodes de type Diplodocus dont les pattes avant laissent des traces en forme de demi-lune et les pattes arrières des traces plus grosses de forme plus ou moins ovale. La taille de 90 cm de certaines empreintes donnent une idée de la taille des Sauropodes: 25 mètres de long pour 20 à 30 tonnes...respectables!

Empreinte en demi-lune.
Le briquet donne une idée de la taille.
Empreinte de patte arrière.
Certaines empreintes sont recouvertes d'une couche de peinture,
ce qui permet de mieux suivre le passage du Sauropode.
  Des traces à trois doigts de Théropodes, Dinosaures carnivores (qui devaient atteindre les huit mètres de long) marchant sur leurs pattes arrières étaient également visibles avant les travaux.
    Malheureusement, les intempéries et particulièrement le gel, l'eau s'accumulant dans les empreintes, les passages répétés des touristes, finissent par provoquer un effritement de la roche et si rien n'était mis en œuvre pour préserver le site, tout allait finir par disparaitre. Après bien des discussions entre les parties intéressées (Mairie, Conseil Général, Scientifiques...), un compromis a été adopté et mis en œuvre: une partie reste ouverte au public, et une autre (la plus importante) est recouverte d'un géotextile, puis d'une couche de sable et enfin d'écorces, le tout sur une épaisseur de 90 cm environ.

La zone qui ne sera pas recouverte.

      À l'époque de ces Dinosaures, le Jura était recouvert par la mer et le climat était de type subtropical humide...
      La découverte de ces traces a permis de changer la vision que l'on avait du Jura à cette période: la mer était certes peu profonde, mais non point permanente comme on le pensait, mais plutôt avec des changements de niveaux, d'où des périodes plus ou moins longues de terres découvertes en fonction des retraits des eaux.
     Les Dinosaures sont passés à différents moments sur des terrains plus ou moins meubles, à l'arrière d'une plage et leurs empreintes ont été fixées par dessiccation du sol, qui s'est recouvert de carbonate de calcium  produit par des cyanobactéries, puis des sédiments apportés par de légères vagues ont recouvert le tout sans rien détruire.
   Sur la zone il est à noter également les polygones de dessiccation très visibles, ainsi que des rides de vagues.
Empreinte avec au premier plan des polygones de dessiccation.
Rides de vagues "fossilisées".

1 commentaire: